L'X

Accueil
 







Bien qu'inédits, les textes présentés ici chaque mois ont fait l'objet d'un dépot
auprès de la SACEM et sont donc protégés contre les utilisations non autorisées.



Enregistrement public de la création de "La chanson du poème" le 1er novembre 2012
dans la cadre du 4ème festival de la parole d'Hames (hommage à Claude Nougaro).
 
             
 

Plus qu'au seul Claude Nougaro, c'est à la poésie et à la forme qu'elle prend lorsqu'elle est écrite, et que nous appelons poème, que j'ai souhaité rendre hommage. Pour ce faire j'ai envisagé le voyage de la forme « Poème » depuis la lointaine Grèce antique et son Homère aveugle jusqu'à la France d'Arthur Rimbaud, en passant par la Chine et Li Bai, le Mexique de Juana Inès de la Cruz, la Rome lasse que Catulle a bu ou bien encore par l'étrange tunnel allant de Florence et son Dante à Maître Arnaud Daniel porté par l'Aragon de Ribérac. C'est le poème qui chante par la voix de ces interprètes et à lui que revient le mérite d'exprimer quelques pensées de l'univers.


LA CHANSON DU POEME


Homère


Du temps que les indiens soignaient leurs éléphants avec un cataplasme ou quelque lait de vache et que l'homme Python tua le grand serpent, grand comme quatre bras, sans mentir que je sache ! Il arriva que je chantais sous l'olivier, prompteur de l'épopée au noir de la paupière, assis devant le monde en son mois de janvier, voici que je chantais la guerre et la poussière...


Catulle


Idemement dans le troquet où, sous la table transpadane un falerne recommandé nous fut servi comme tisane, idemement j'ai dit les vers qu'Ipsithilla, ma gracieuse, avait dictés de son revers le jour que je la fis heureuse.


Dante


Et j'ai le souvenir de qui habita l'Arno, je veux dire à coté de mon cher Ponte Vecchio. Le tunnel est superbe et coule jusqu'à la Double ! Ainsi ai-je inventé du vieil italien le double. Avais-je dit assez de Florence les grands maux que, pendu par les pieds, l'enfer florentin, trumeau de ma vraie Renaissance, éclabousse son chirouble et tout le monde entier, Ribérac et son eau trouble ?...


Aragon, Rimbaud


Ô Louis, je te vole ce cheval que tu espérais pour demain. Repose-toi, tu as fait du chemin. Pour moi je pars car voici l'aube et dam printemps connaît l'histoire et la romance et les dessous de robe. Un peu plus loin, les buis dans leurs bosquets abriteront mes deux quatrains et la peine de chien que j'aurai mise à les brosser, les policer. Ce grand cheval de dix huit syllabes qui porte sur son col ma tête, en bondissant, les brides abattues, ce cheval élancé qui prête à ma fougue insensée son long galop vers la petite Eos, me sait. De même je rêve et l'entends, une longue mélodie du matin, que déroule une grande fille, au soir allant quenouillant sa bobine, une mélodie ininterrompue. C'est celle que fait la machine humaine depuis la nuit de son temps sur ses antiques clavecins. Repose-toi Louis, dans cette auberge où souffle par fenêtre et vents ouverts aux portes et aux cheminées le vent, le grand souffle du verbe. Et la beauté des choses n'est pas là où tu la crus voir, ni dans l'herbe où foule mon décaoctosyllabe, oh ! La beauté n'est rien devant. Plus tard, à l'étape suivante où seront la cannelle et le vin chaud, plus tard...

Pour le moment je franchis les talus, les haies et sa colline au capitaine de vingt ans, cruel, laissé pour mort dans la ravine où la bêtise a grassement bâti, la bêtise à ses grands fourneaux ! Voici les pavillons des liserons qui clarinettent le mois d'août...

Li Bai


Partons à d'autres fois, vers l'est un petit peu où lèvent l'orient et sa grande muraille. Âme, te souvient-il de l'homme précieux qui dépensait son or et avait nom Li Bai ? Il est mort dans les eaux, noyé comme un Ricard, en voulant attraper le reflet de la lune après avoir grimpé au tout sommet de l'art, le Taïshan, mont sacré, que son corbeau falune.

Juana Inès de la Cruz


Et puis la Nouvelle-Espagne ; encore mille ans plus tard ; la gentille sœur au bagne aimable, cloîtrée pour l'art. Encor la mathématique et le divin, le latin, l'astronomie, la musique. Oh ! Qu'ils sont doux vos raisins ! Juana Inès de la Croix, et qui parlait par ta bouche ? Oh ! Si ce n'est le martroi ou bien sa terre à la souche ?


J'ai fait trois fois le tour des mondes habités, rencontré tous les dieux, Pan et l'homme de peine ; idemement j'ai vu plus de six mille étés, la ville de Toulouse et celle de Cyrène ; embrassé les Géants, fendu les Pyrénées, j'ai chanté sur les ports, à la fête foraine, au cirque, en Amérique et chez l'homme Pygmées, je suis universel comme l'ire ou la haine. Alors quoi d'étonnant, homme de l'aujourd'hui, à ce que je sois là, fidèle comme lierre au tronc de la forêt et que je chante ici comme j'ai fait là-bas, au pays de naguère ?


Extrait de LA CHANSON MONOTONE


                                                                                            Du jeu de Marion que fit Adam de Halle

                                                                                            Aux sucreries de mon Paul-Jean

                                                                                            Et de Chrétien de Troyes son Perceval de Galles

                                                                                            Connaissez-vous le parlement ?


                                                                                            Savez-vous le grand lai du compaing des fillettes

                                                                                               Et Charles Cros et Ventadour

                                                                                            Qui trouvait de chanson le vers et la cabrette

                                                                                                A fredonner dessus le hourd ?


                                                                                            Avez-vous ouï parler d'Aymeri de Narbonne

                                                                                                Qu'Hugo prit à Bertrand de Bar ?

                                                                                            Et Voiture et Chénier, Labrunie ou l'Ausone

                                                                                                Et du Bellay ou bien Ronsard ?


                                                                                            Agrippa d'Aubigné puis Leconte de Lisle,

                                                                                                Clément Marot quémandeur grand

                                                                                            Et grand mercier de mots, Lautréamont, Banville

                                                                                                Et René Charles d'Orléans ?


                                                                                            Avez-vous entendu la chanson du poète

                                                                                                Au pays que France l'on dit

                                                                                            Par l'histoire et Bordeaux, de Vosges en guinguettes

                                                                                                Connaissez-vous sa mélodie ?


Au vrai que je sois tel ou Claude Nougaro, le poète Villon ou bien le Paul Verlaine, au vrai j'ai nom poème et je parle plus haut, car j'invente les mots, le discours et son pêne, et la joie et la pluie, le froid et son réchaud, le pull-over de Dieu, la chanson de fredaine et mon cœur, l’hommage de l'homme à l'échafaud, la chanson du dimanche et la fin de semaine. Au vrai que je sois tel ou Claude Nougaro, le poète Villon ou bien le Paul Verlaine, au vrai j'ai nom poème et je parle plus haut, car j'invente les mots, le discours et sa laine.

L'X

 








La chanson du poème code SACEM ISWC : T-702.948.914.5






Document made with KompoZer